NEWSLAITER #3

Un partenariat de confiance : Euro-Process témoigne

Euro-Process, l’entreprise branchée sur Courant Innovant .

Euro-Process est une entreprise bretonne du groupe Vitalac, fabricant d’équipements électroniques.
Présents dans des secteurs très divers comme les télécommunications, le maritime ou encore le médical, Euro-Process travaille depuis 4 ans avec SGPI sur la mise en place d’outils connectés pour la collecte du lait.

Christophe Le GOUESTRE, actuel directeur d’Euro-Process, a toujours travaillé dans le monde des composants électroniques sans lien particulier avec le milieu agricole.
Max BERTRAND, ancien directeur de la société, a travaillé pendant 20 ans dans l’industrie laitière, en tant que cadre et dirigeant d’usine. Il s’est par la suite lancé dans le conseil aux entreprises et a eu l’opportunité de travailler chez Euro-Process.

Ensemble, ils nous expliquent leurs collaborations avec SGPI et la mise en place de la collecte 4.0.

Comment Euro-Process et SGPI se sont rapprochées ?

Christophe Le Gouestre, l’actuel directeur d’Euro-Process, nous explique que « depuis 4-5 ans nous avons décidé d’initialiser une politique de diversification en apportant de la valeur ajoutée à notre métier historique qui est la production d’équipements électroniques. Nous nous sommes lancés dans la réflexion de sujets innovants et celui qui nous est venu assez rapidement sur la table grâce à Max Bertrand, est la problématique de la collecte du lait ». Pour mener à bien ce projet sur un nouveau marché, l’entreprise avait besoin de partenaires. « Nous avons trouvés en SGPI et Charriau, les partenaires dont nous avions besoin pour donner un sens technique à un usage que Max avait défini » nous explique Christophe Le Gouestre.

« Pour ma part, Il y avait déjà une collaboration humaine avec SGPI » nous raconte Max Bertrand. « Au cours de mon activité de conseil, on échangeait souvent car on avait les mêmes clients. Lorsque nous sommes allés voir SGPI pour parler de notre projet, ils ont tout de suite compris l’intérêt pour leur suite Milk Office ».

C’est en effet une « collaboration gagnant-gagnant » comme nous l’explique Christophe Le Gouestre. « Pour nous ça permet d’intégrer une solution logicielle existante, déjà en place et bien représentée. Coté SGPI nous apportons une innovation, qui va permettre de différencier encore plus le produit par rapport à ce qu’il proposait déjà. En plus, l’intérêt pour les trois entreprises, avec Charriau, au-delà de la suite logicielle c’est de proposer une architecture électronique qui est évolutive et peut servir à d’autres usages ».

Pourquoi la Traçabilité de la Collecte 4.0 ?

Au cours de cette collaboration plusieurs outils ont été mis en place pour enrichir l’offre SGPI. Le dernier en date est un outil de traçabilité de la collecte qui s’inscrit dans le cadre de la food defense. « Normalement les laitiers ont des phases précises qu’ils doivent enchaîner de manière régulière : arrêter le camion, ouvrir le coffre, dérouler le tuyau, démarrer la pompe… A chaque étape nous avons mis un capteur et chaque capteur relève le temps, le lieu et la date. L’objectif est d’être capable de dire si la citerne a été ouverte à telle endroit, à telle heure et pendant combien de temps. » nous explique Max Bertrand.

Comme nous le rappelle Christophe Le Gouestre, cet outil s’inscrit dans une démarche de connexion plus globale avec le tank. « Nous avons créé, une colonne vertébrale avec des capteurs sur le camion, mais maintenant nous proposons d’ajouter des fonctionnalités pour le tank à lait en le rendant communiquant. ».

Comment qualifient-ils la relation Euro-Process – SGPI ?

La collaboration entre Euro-Process et SGPI est basée sur 3 valeurs clés :

  • La confiance : Comme Christophe Le Gouestre nous le raconte « Après plusieurs échanges avec l’équipe SGPI, et avec l’équipe dirigeante d’Adventiel, nous avons compris qu’il y avait une réelle volonté de travailler ensemble et en vrai confiance ».
  • La compétence : « Chacun à son domaine d’expertise », analyse Christophe Le Gouestre. « Mais nous sommes interconnectés pour arriver à une solution qui ne peut être que commune ».
  • L’écoute : « On a trouvé chez SGPI une écoute » se remémore Max Bertrand. « Au départ nous avions notre produit et la crainte de se faire copier. Après avoir rencontré la direction et toute l’équipe, nous avons eu une discussion pragmatique pour savoir qu’elle serait la meilleure solution pour tout le monde ».

Max Bertrand et Christophe Le Gouestre ont également souligné le côté « humain » de cette collaboration et la chance d’avoir tous ces acteurs sur le même territoire pour pouvoir se rencontrer.

Si vous souhaitez découvrir Euro-Process, n’hésitez pas à visiter leur site internet.

Si vous souhaitez participer à ce projet, n’hésitez pas à nous contacter.

Si vous souhaitez découvrir l’outil de Traçabilité de la Collecte 4.0, n’hésitez pas à consulter notre article de présentation.